05.05.2014

Oceaneye prêt à larguer les amarres

Alors que l’analyse des échantillons collectés en 2013 touche à sa fin (merci à Zoran Kaufmann), l’équipe Oceaneye repart pour une expédition en mer Méditerranée et sur l’océan Atlantique. Le voilier de l’association est actuellement à Marseille et prévoit de prendre la mer ce mardi.

Mer Méditerranée
Oceaneye repart ainsi pour la 4ème campagne de mesure de pollution micro- et mésoplastique en mer Méditerranée. Après avoir démontré la forte présence de ces particules dans le bassin Méditerranéen (moyenne de l’ordre de 130'000 particules/km2, ratio plastique/organique de 0.5), notre association veut mesurer l’évolution des concentrations de ces particules au cours du temps. La question à laquelle Oceaneye veut répondre est : cette pollution s’aggrave-elle d’années en années, et si oui à quel rythme ? C’est un travail de longue haleine, car il faut entre 5 et 10 ans de surveillance pour pouvoir tirer ces conclusions.

Pascal Hagmann commente: «c’est encourageant, chaque expédition est une étape nous rapprochant de ce but : proposer une première étude sur l’évolution de la pollution microplastique en mer Méditerranée. C’est une information inexistante et nous avons presque fait la moitié du chemin pour pouvoir y répondre. L’objectif de cette première étape de Marseille à Benalmadena est donc de collecter une vingtaine d’échantillons. Ces données seront doublées lors de l’étape retour fin août.»

Océan Atlantique
Après l’étape Méditerranéenne, Oceaneye poursuivra son expédition en Atlantique en juillet et août et se rendra sur la partie Est du waste patch de l’Atlantique nord. L’analyse des 62 échantillons collectés en 2013 laisse croire que notre équipe a effectivement rejoint le waste patch de l’Atlantique nord et qu’il est en contact avec les Açores.

Pascal Hagmann: «Il faut toujours un nombre important d’échantillons pour qu’une étude ait une vraie valeur scientifique. La partie Atlantique de l’expédition a donc pour objectif de densifier le nombre de stations de mesure, pour que les résultats soient fiables et crédibles avant de les publier et les transmettre aux Nations Unies.»

Essais d'un nouvel outil
Pour notre nouveau projet d’éco-participation – qui consiste à équiper des voiliers bénévoles d’un système de collecte d’échantillons - nous mettons au point un nouvel outil, plus compact pour le transport, plus simple à utiliser, et minimisant toutes erreurs de manipulation. Durant les préparatifs à cette expédition Oceaneye a testé les améliorations apportées jusqu’ici à ce système et tout semble fonctionner pour le mieux (merci à Steve Larsen pour cette mise au point).

Oceaneye prêt à larguer les amarres
Après une grosse période de préparation et de mise au point durant cet hiver, le skipper heureux de voir le voilier flotter à nouveau.

Essai du nouveau manta trawl
Essai du nouveau manta trawl (système de collection d'échantillons). Les ailes en «boudin» limite l'envergure et facilite son utilisation. Les outils pour le projet d'éco-participation se mettent en place.