Oceaneye s’associe aux jeunes louves de mer de SEA Plastics

Les expéditions scientifiques en mer ne sont pas l’apanage de la gent masculine, loin de là. La valeur n’attendant pas non plus le nombre des années, c’est avec un voilier à l’équipage 100% féminin et étudiant qu’Oceaneye annonce son partenariat aujourd’hui : l’expédition SEA Plastics sur le bateau Meltem, mis à disposition par un skipper sensible à leur cause et qui les accompagne. SEA Plastics est une association créée en 2016 par trois étudiants d’AgroParisTech pour étudier le monde marin, qu’ils affectionnent particulièrement. Chaque année, quatre à cinq étudiants s’engagent à leur tour dans leur sillage.

Ainsi en 2022, ce sont Alice Delille, Anne-Laure Laval, Clara Dubel-Jam et Laurine Planat, étudiantes en sciences du vivant et de l’environnement, qui ont mis sur pied le sixième volet de cette aventure et ont contacté Oceaneye pour prendre part à son programme de sciences participatives.

L’expédition partie fin mars de Gibraltar sillonnera la mer Méditerranée jusqu’à fin juillet, pour arriver à Hyères, en région française Provence-Alpes-Côte d’Azur. Au fur et à mesure de ses escales, le quatuor ira à la rencontre d’élèves et fera des interventions de sensibilisation sur la pollution plastique dans les écoles. Peut-être même susciteront-elles des vocations ?

Le filet manta est plus simple à manipuler qu’il n’y paraît. Voilà un échantillon bien chargé !

Outre la collecte d’échantillons microplastiques pour Oceaneye, qui alimenteront notre toujours gourmande cartographie de pollution et base de données, les jeunes scientifiques et ingénieures ont des projets de recherche variés et complémentaires pour d’autres entités académiques françaises et suisse. Elles ont notamment pour objectifs de développer de nouvelles méthodes d’identification et de quantification des microplastiques et nanoplastiques dans l’eau de mer (pour AgroParisTech et le Laboratoire National de Métrologie et d’Essais), et d’étudier le transport de micropolluants par les microplastiques, ainsi que le vieillissement des microplastiques en conditions environnementales (pour l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne).

Laurine Planat, responsable scientifique de SEA Plastics, est enthousiasmée par ce projet : « Nous sommes heureuses de contribuer à ce projet de sciences participatives qui est en accord avec l’engagement scientifique et citoyen de SEA Plastics. C’est une belle opportunité d’alimenter une base de données, accessible à tous, qui servira de support pour la compréhension et la protection de nos océans. »

« Nous sommes ravis de collaborer avec des étudiants pour soutenir leurs projets de manière générale, et celui de SEA Plastics en particulier en est un très beau et très ambitieux. Au-delà des échantillons dont nous disposerons grâce à elles, Alice, Anne-Laure, Clara et Laurine seront des ambassadrices de notre cause et notre message. Bravo à elles pour cette initiative ! », félicite Pascal Hagmann, directeur d’Oceaneye.

Le journal de bord de SEA Plastics est à lire ici : https://www.seaplastics.org/blog/categories/2022. Les premiers épisodes sont déjà disponibles.

Nous souhaitons plein succès à ces jeunes louves de mer !